rebouteux   C’est à cette époque – celle de la puberté – qu’on a remarqué son don.
     Le don, c’est quelque chose qui vous pousse dans le corps à la façon de ces arbres qui parviennent à trouer les roches et on n’y peut pas grand-chose. Il avait senti ça lui travailler la chair sans trop savoir ce que c’était.
Dans les campagnes, on a toujours connu des rebouteux : ceux qui faisaient des pommades avec des simples, des broiements de pierres ; d’autres qui soignaient avec les mains ; d’autres encore qui avaient leurs manigances, chacun les siennes. En ces temps-là, c’était vers les guérisseurs qu’on se tournait quand on était malade. Notre Louis Maître, un jour, avait dû souffrir d’une bricole, orgelet, verrue, va donc savoir : toujours est-il qu’il était allé consulter un de ces vieux qui vous effleurait le mal d’un éclat de silex ou d’un nœud de paille en grommelant quelques paroles et ça partait. Le vieux se disposait à faire le nécessaire, préparant son matériel sur un coin de la table, quand il avait au contact de son jeune patient ressenti comme une décharge : et plus il le touchait, plus le Louis Maître s’électrisait qu’on voyait des étincelles dans sa tignasse et dans ses poils de barbe follette – je te dirais : comme en ont les chats dans leur pelage certains jours d’été. Le vieux, dame, avait froncé les sourcils : le jeune gars débordait de fluide et il n’en savait rien, manifestement.
     C’était un vieux tout perclus de douleurs dans le dos, dans les membres et partout.
     Pas plus bête qu’un autre, en tout cas : Mon p’tit, touche-moi donc voir les reins.
   Le petit ne comprend pas. Le vieux lui montre à faire ; et après les reins ce sont les épaules et les genoux, toutes les articulations.
     Et on en reste là.

     C’est quelques jours plus tard qu’on apprend – la nouvelle se propage sur les marchés – que Louis Maître de Villemort a le don, qu’il a guéri un tel, lui-même rebouteux, qui paraît-il trotte comme un lapin malgré ses soixante-dix et quelques alors qu’on l’avait connu presque impotent.
     Je l’ai vu, de mes yeux vu. Vous ne le reconnaîtriez pas, je vous assure : un vrai lapin de garenne.
     Dès lors, ils se mirent à défiler, tous les souffreteux des alentours. La Bergerie devint une sorte de Lourdes où l’où se rendait pour implorer guérison. Ça ne marchait pas à tous coups – la rebouterie, il faut y croire, et ça ne soigne que certaines choses : les esprits fort repartaient avec leur lumbago, les bossus restaient bossus. Mais par exemple ceux qui souffraient d’arthrose ils allaient mieux ; ses paumes au Louis Maître buvaient aussi les entorses, les rhumatismes, les chauds refroidis, jusqu’aux déformations des petits drôles quand leurs os n’étaient pas encore trop durs.
 

 ***

 Pour participer collégialement à la sortie de l'ouvrage, il est possible de souscrire en se rendant ici.